Inscription RSS Contact

Analyses et études 2011

Analyses et études 2011

Non-innocence

Pendant une année nous avons travaillé avec cette notion dans notre atelier de pensée collective. Ce qui suit ne constitue pourtant pas un aboutissement, ni encore moins un résumé. Plutôt une tentative d’utiliser ce qui a été travaillé. Deux choix alors pour ce texte : d’une part commencer par une partie « pratique » comment ceci pourrait nous servir à quelque chose. Deuxièmement garder la forme d’un certain nombre de réflexions hétérogènes, qui ne s’emboîtent pas dans un raisonnement linéaire, simplement parce que c’est de cette manière que nous pensons.

Lire la suite

François Maspero aiguilleur du mouvement associatif
ETUDE 2017

Indépendantes, alternatives, engagées et pluralistes, les Éditions François Maspero ont publié des ouvrages qui ont trouvé un large écho dans les années 1960, 1970 et 1980 auprès de militants associatifs en quête de réflexion pour leur action. Quel regard lui portent-ils aujourd’hui ?

Lire la suite

La Formation à la Recherche en Education Permanente (FREP)
Un parcours formatif en construction pour une éducation populaire.

Je suis employé au Collectif Formation Société asbl (CFS) depuis quelques mois et la prise en charge de la formation FREP est en préparation. Ainsi, je souhaite porter un regard sur cette formation via cette analyse afin de la découvrir. Ce texte, d’une part, fera partie d’une matière première au CFS pour nos réflexions collectives dans un processus d’éducation populaire au sens de nous auto-déterminer face à nos missions, nos problématiques et nos gestes. D’autre part, il sera une contribution supplémentaire pour ouvrir nos portes afin d’accueillir les regards et alimenter les débats qui nous traversent comme beaucoup d’autres structures, du point de vue de la formation des adultes en général et de l’éducation populaire en particulier.

Lire la suite

Lire la suite

Le numérique : une revanche sur la tragédie des communs ?

Le numérique permet, du moins c’est son argument étendard, la mise en commun, le partage. L’affaire semble dès lors entendue, le numérique, en tout cas certaines pratiques dans le domaine, seraient l’antidote au mouvement d’enclosures (cloisonnement) des espaces communs commencé au XVIIème siècle.

Lire la suite

Maspero dans la bataille de l’écrit

Où il n’est question que d’esquisser le versant intellectuel de l’engagement du libraire éditeur François Maspero à l’égard la guerre d’Algérie. Partant, donner à réfléchir sur ce qu’il conserve d’emblématique pour nos sociétés démocratiques.

Lire la suite

Les vieilles pédagogies des opprimés, numérique, algorithmes, et tout ça

Il faudrait certes être plus précis, mais peut-être pas tout de suite. Si « tout ça » est un amas confus alors partons de la confusion. Ce n’est pas un choix par défaut, la confusion est un bon point de départ car elle est réelle, plus que la plupart des différenciations beaucoup trop claires et artificielles qui sont proposées.

Lire la suite

La bureaucratie est une usine à fabriquer du commun
Analyse publiée dans le numéro 219 de la Revue Antipodes : "Bureaucratiser pour mieux marchandiser" Expériences et points de vue pour un renforcement mutuel

Bureaucratie, commun et travail social, ces trois termes résonnent de manière étrange. Chacun des termes porte un imaginaire énorme, parfois très lourd. Mais, ce qui au fond est la seule raison valable de s’en occuper : les dispositifs, les modes de penser, les imaginaires, la manière dont ils se télescopent, ont des conséquences dans les pratiques du travail social. Des conséquences qui portent à la fois sur une dévalorisation de certaines expériences et sur l’omniprésence de certaines pratiques.

Découvrez cette analyse dès maintenant dans la Revue Antipodes "Bureaucratiser pour mieux marchandiser" Expériences et points de vue pour un renforcement mutuel, n° 219, décembre 2017
Vers le site de ITECO.be

Le cauchemar d’un monde sans monstres
Analyse publiée dans le numéro 5-2017 de la Revue nouvelle : "Monstres"

Les monstres doivent disparaître, dissous dans le savoir et la communication ; aller éventuellement se réfugier dans l’imaginaire, là où les savants de l’Église les ont poussé à partir de la fin du Moyen Âge. Vivoter dans un imaginaire dévalué, comme dans une sorte de réserve indienne, pour mieux prouver qu’ils n’existent pas vraiment.
Auparavant, dans les campagnes d’Europe et d’ailleurs, les monstres étaient une réalité, ils pouvaient être aussi bien adorés qu’honnis (souvent les deux à la fois). Les monstres agrègent autour d’eux, du moins dans notre imaginaire, des foules versatiles : tantôt des hordes haineuses, prêtes à lyncher des boucs émissaires ; tantôt une populace fascinée, prête à les suivre. Des paysans, avec des fourches, qui se demandent où ils vont les planter… Les monstres incarnaient la différence. Qu’est ce qu’un monde sans monstres alors ? Un monde respectueux des différences ? Faudrait voir…

Découvrez cette analyse dès maintenant en version papier dans le numéro 5-2017 de la Revue nouvelle : "Monstres"
Vers le site de la Revue nouvelle

Savoirs d’expérience et participation

Si nous sommes convaincus de la richesse potentielle des savoirs d’expérience, l’expression des personnes concernées est souvent limitée à leur témoignage, à ce qu’ils disent, à leur parole. Cette dernière est trop souvent utilisée par les journalistes et les sociologues, pour démontrer et illustrer leurs propres thèses. Si l’expression des personnes concernées fait l’objet d’une écoute, d’une analyse, cette expression est souvent limitée, voire réduite à la mise en scène d’un pseudo démocratie participative.

Lire la suite

De la difficulté à cerner les savoirs tirés de l’expérience

Qu’est ce qui constitue véritablement un savoir ? Parler de savoirs dans une discussion commune renvoie immanquablement aux savoirs légitimes et scientifiques produits par la sphère académique. Mais qu’en est-il alors des savoirs de tout un chacun, directement tirés de l’expérience ? Sommes-nous condamner à considérer qu’au-delà de l’intellectuel ou de l’artiste, nous sommes tous des idiots culturels ?...

Lire la suite

Visitez aussi :

Avec le soutien de :