Inscription RSS Contact

Décoder le discours mythique Une étude de cas : le blocage de la E40

par Renaud Maes
Version imprimable de cet article Version imprimable

La démarche de recherche en éducation populaire est souvent confrontée à une difficulté : comment appréhender le discours de pouvoir et ses effets ? En effet, il semble indispensable de s’y confronter pour identifier sinon les possibilités de transformation sociale, au moins les outils permettant de « faire prise » face à ce discours. Or nous sommes généralement amenés à croire que le discours de pouvoir est autosuffisant, qu’il a en lui-même une puissance « magique », qu’il « fait des choses avec les mots », pour reprendre la formule d’Austin . Nous en venons à nous méfier du vocabulaire, à porter notre attention sur la manière de dire, persuadés qu’elle amène forcément une manière de faire : il faudrait cesser d’utiliser « utilité », « capital », « potentiel », « gouvernement », « gestion ». Or toute la magie du discours de pouvoir est de recycler sans cesse les mots et les concepts qu’ils désignent, d’en faire dévier la signification… Sans qu’il n’existe de limite à la récupération.



Visitez aussi :

Avec le soutien de :