Inscription RSS Contact

Puissance d’agir et médias ou « Médias et impuissance d’agir ?

Par Guillermo Kozlowski
Version imprimable de cet article Version imprimable

Notre rapport aux médias est ambigu : à la fois, ils relèvent du divertissement et en même temps ils influencent ou relatent la moindre action à entreprendre. De la fête de quartier à la plus petite des réunions politiques ou activité culturelle, aujourd’hui tout se doit d’être relayé par la presse…pour « exister ».
Les médias agiraient tels des miroirs de nos incapacités ? En effet, nous leur rejetons également la responsabilité de nos échecs : si l’écologie fait du sur place, c’est parce qu’ils n’en parlent pas comme il faut, tout comme la violence à l’école ou l’obésité ; si la morale recule, c’est aussi la faute aux médias. Si le lien social se détisse, c’est parce qu’ils nous accaparent, nous éloignant d’autrui. Et parallèlement, les médias dénoncent, nous enjoignant à plus de lien social. Les médias constitueraient-ils le lieu privilégié d’expression de tous nos paradoxes contemporains ? Tentative de réponses.



Visitez aussi :

Avec le soutien de :