Inscription RSS Contact

A pleine voix. Donner force à la parole par le biais du slam, du cabaret, du théâtre et des ateliers d’écriture.

Analyse critique
Version imprimable de cet article Version imprimable

La formation (2ème session) débute le 9 janvier 2019


JPEG - 12.1 ko

Que vous soyez animateur.trice, médiateur.trice, formateur.trice, militant.e, en recherche d’emploi… habitué.e ou non des scènes de spectacle et des scènes militantes… Vous voulez vous exprimer ? Ecrire, crier, chanter, jouer, improviser, expérimenter l’impact des mots, des rythmes, des émotions, des images… ?
CFS-ep vous propose une formation et recherche en écriture et oralité.

UNE RECHERCHE sur l’oralité, l’écriture, la mise en corps et en voix de vos questionnements.
UN ECHANGE sur les écrits, les pratiques populaires- de différent.e.s auteur.e.s, poète.s, chanteur.euse.s et les expériences de théâtre en lutte.
UN PARTAGE, une mise en relation des savoirs, des expériences et des outils d’interprétation. Lancer un atelier de recherche pratique sur l’oralité « poétique et politique ».

Devenir ces griot.te.s qui tentent de transmettre et de fabriquer des histoires, bien vives face à ce qui nous arrache la voix. Cette mort que produit l’histoire contemporaine avec ses lots de camps, d’abjections, de disparu.e.s, des racismes institués, de colonisations, de victimes de guerre économique, sociale et humaine. Cette mort, qui organise nos résignations, nos maladies, nos marches funèbres à travers le siècle.

Cette parole confrontée aux impossibles, cherchant des issues, contre vents et marée, à créer des chemins possibles qui nous emmènent ailleurs, et font rupture. En quête de personnages possibles et de capacité de raconter. Paroles traçant des nouvelles forces de vie donnant une consistance au réel, à l’imaginaire et y puisant ses armes. Sans cesse acculées à devoir se réinventer pour ne pas se laisser capturer. Des outils de rassemblement, de formation et de partage. Paroles multiples, contradictoires, entendre par parole, la partie orale de tout texte écrit, qu’elle soit une écriture orale, la transmission d’une histoire, ou une écriture sur un bout de papier, sur un mur, sur un rythme ou à travers un chant. C’est à dire qu’elle puisse devenir une matière voix, une matière corps.

Il s’agira de faire connaître des singularités, de partir à la recherche de voix qui mettent l’accent là où elles l’entendent, qui pratiquent l’art de résister, de provoquer, de se soustraire, d’attaquer, de jouer ou déjouer, arpentant la vie, passeur.sseuse.s de génération en génération, sur une ou plusieurs langues, voix de passage ou d’ ancrage s’inscrivant dans des devenirs à la recherche de ressources inédites.

Quelle est cette parole qui devient sujet de sa propre histoire, surgissant des expériences de vie et de lutte sociale, se saisissant de la voix, ou décidant subitement le silence comme rupture définitive ?

Armand Gatti parlera d’une rencontre au sommet des vécus. Walter Benjamin de poursuivre la tradition des vaincus, de bouleverser la ligne du temps, de travailler sous forme de montage poétique affirmant une puissance politique, résistante au fascisme. Philomèle invitera au tissage d’une nouvelle langue à partir de la sienne arrachée suite à un viol, Audre Lorde à transformer les silences en paroles et en actes, avec cette nécessité de l’utilisation de la colère, et de rendre visibles les paroles tues trop longtemps. Il s’agira aussi d’écriture des déserteurs du sexisme et du racisme, des fleuves violents qui changent de cours et visent d’autres rives que les femmes et les personnes issues de parcours migratoires, ces personnes font des choix radicaux, quittant les rôles attendus, créent des ponts, des passages.

L’atelier s’articule en 3 sessions. Vous avez la possibilité de vous inscrire à l’atelier (3 sessions) ou séparément (1 session). A chaque fin de session, un acte sera posé qu’il soit une prise de scène, cabaret, session slam, banquet poétique, acte d’écriture ou invitation d’un.e intervenant.e. L’acte se décidera ensemble dans un processus collectif.

Objectifs

- Renforcer sa parole et sa pensée critique
- S’outiller de ressources poétiques, théâtrales et orales pour porter des contenus
- Faire émerger une histoire orale quelques soient nos capacités d’écriture- ou nos expériences avec la scène.
- Maîtriser une prise de parole scénique
- Poser un acte chaque trimestre décidé par le groupe (cabaret, slam, banquet poétique, acte d’écriture, invitation d’un.e intervenant.e…)

Méthodologie

La formation sera essentiellement participative. Mise en relation de savoirs et d’expériences. Un partage de ressources, ponctué de moment de recherche.

Animatrice

Maïa Chauvier anime des ateliers de théâtre et slam au CFS-ep. Elle est actrice / chanteuse / slameuse du groupe Récital Boxon.

Actrice de formation, depuis l’enfance, elle est plongée dans la poésie et la musique russe et rom par sa mère (juive polonaise, Biélorusse), par son père et sa sœur poétesse, qui ont vécu quelques années en Russie et dans d’autres pays de l’Est.
Diseuse et glaneuse de poèmes et de chants, bien plus tard naît… la nécessité de l’écriture.

Sans aucune forme « d’école ». Sur le tard, elle se lance dans ce mélange de « rafales de mots au bord du chant », mêlées à la voix et à la guitare de ses complices, et elle crée RÉCITAL BOXON avec le chanteur Ioanes (du groupe Ioanes Quintet) puis Marolito, compositeurs et chanteurs, qui tour à tour accompagnent le propos et/ou font irruption avec leurs propres créations musicales Au fur et à mesure, les rencontres avec les musiciens se multiplient et transforment Récital Boxon en un véritable projet poétique musical. Récital Boxon parcourt de nombreuses salles de spectacle, de concert et aussi les bars, les lieux associatifs, la rue.

Maïa Chauvier navigue entre la France et la Belgique, en passant par l’Espagne, entre son métier d’ actrice (dont les expériences ont été marquées notamment par « L’Infini théâtre », le théâtre « Le Café », son implication dans le festival « Voix des femmes », le spectacle "Passeo", la troupe « Association de malfaiteurs », "Paroles de femme" autour de Dario Fo et Franca Rame, « la Glaneuse » avec le poète Tarek Essaker… et une implication pendant de nombreuses années au sein de plusieurs collectifs.

C’est avec le théâtre, la musique, les ateliers d’écriture et de théâtre au sein du milieu associatif, les dérives festives dans les bars, ses rencontres avec diverses « communautés insurgées », sa passion pour des poètes avec ou sans noms, qu’elle arpente, entre paroles et musiques, tant de mondes qui nourrissent son écriture balafrant toute frontière.

Infos pratiques

Quand ? L’atelier s’articule en 3 sessions :
session 1  : les mercredis 10/17/24/31 octobre,
14/21/28 novembre,
5/12/19 décembre 2018
(de 18h00 à 21h00)
session 2 : les mercredis 9/16/23 janvier,
6/13/20/27 février,
13/20/27 mars 2019
(de 18h00 à 21h00)
session 3  : les mercredis 3/24 avril,
8/15/22/29 mai,
5/12/19 juin 2019
(de 18h00 à 21h00)

Où ? CFS-ep 26 rue de la Victoire, 1060 Saint-Gilles
Prix ? Inscription au cycle complet de l’atelier (3 sessions) : 120 €* (Pause-café, documents inclus)
Inscription par session : 50 €* (Pause-café, documents inclus)
Pour s’inscrire ? Compléter le formulaire d’inscription en ligne (Code : écriture et oralité)
Merci de préciser votre choix (cycle complet ou session 1, 2 ou 3)

* Le prix ne doit pas être un obstacle à l’inscription... Contactez-nous !

Pistes d’auteur.e.s, poète.esse.s, inspirant.e.s : Franca Rame, Pinar Selek, Alfonsina Storni, Suzanna Chavez, Marina Tsveataeva, Asli Erdogan, Jean Genet, Edouard Glissant, Dario Fo, Bertolt Brecht, Vladimir Maïakovski, Armand Gatti, Serge Pey, Edouardo Galéano, Kateb Yacine, Jean Louvet, Marina Tsvetaeva, Audre Lorde, Aimé Césaire, Koffi Kwahulé, Mahmoud Darwich, Frédérico Garcia Lorca, des chanteurs et des chanteuses de différents continents, des pratiques poético musicales populaires, et tout ce que les participant-es amèneront…


Visitez aussi :

Avec le soutien de :